Traitements de la Couperose

Ces crèmes présentées comme des traitements de la couperose ne sont souvent que des crèmes hydratantes avec des propriétés anti-congestionnantes. Dans les faits, leurs bénéfices restent souvent modestes mais permettent parfois de ralentir l’aggravation de la couperose… Crème Anti-couperose

» Les traitements physiques de la couperose

  • L’Electrocoagulation
  • L’électrocoagulation (ou electro-coagulation) est restée pendant longtemps le seul traitement « physique » permettant de réduire la couperose et l’érythrose. Sa simplicité et ses tarifs avantageux en font toujours une méthode très utilisée pour soigner la couperose… Electrocoagulation & Couperose

  • Le Laser Vasculaire
  • Le laser vasculaire est utilisé depuis plus d’une vingtaine d’années dans le traitement de la couperose. Les différentes évolutions techniques qu’il a connues au cours de ces deux décennies permettent aujourd’hui de disposer d’équipements qui apportent un réel plus dans le traitement de la couperose et de l’érythrose, et ce en termes de résultats mais aussi de confort de soins… Laser & Couperose

  • Laser IPL ou Lampes Flash
  • L’IPL (Lumière Intense Pulsée), communément appelée lampe Flash est une technologie relativement récente qui est aujourd’hui largement utilisée pour soigner la couperose. Elle constitue une alternative aux lasers vasculaires. C’est notamment la technologie qui se cache derrière les procédés de «photorajeunissement» qui sont proposés dans les instituts de beauté. Elle a l’avantage d’être peu agressive et reste pour beaucoup la meilleure solution pour traiter la couperose légère (l ‘érythrose)… Traitement de la Couperose par laser IPL

Soin de la Couperose: Les facteurs à éviter (1/2)

Le soin de la couperose commence par l’adoption d’un nouveau mode de vie qui doit permettre d’éviter à la peau d’être trop souvent soumise aux facteurs aggravants de la couperose. Ce mode de vie, qui peut sembler contraignant au début, permet cependant d’obtenir de réels résultats et notament d’enrayer l’évolution de la maladie dans la majorité des cas.

Les facteurs aggravants de la couperose du visage

Ces facteurs sont ceux susceptibles de déclencher des bouffées vasomotrices (flush) et donc des rougeurs transitoires du visage. En diminuant ces rougeurs, la sollicitation mécanique des vaisseaux sanguins s’en trouve également diminuée, permettant ainsi à ces vaisseaux de garder leur élasticité et donc de réduire la congestion vasculaire (l’excès de sang).

La première attitude permettant de diminuer l’exposition à ces facteurs réside simplement dans leur évitement. Cette solution simple et évidente de soins est jusqu’à présent la plus efficace. Ainsi, la consommation d’alcool, de boissons trop chaudes ou d’aliments épicés, l’utilisation de produits cosmétiques inadaptés (à base d’alcool ou de parfum par exemple) sont des pratiques qui peuvent être limitées en prenant quelques précautions.

Néanmoins, une telle attitude s’avère trop contraignante pour être appliquée de façon systématique, en particulier vis à vis de certains facteurs. C’est le cas pour ceux qui dépendent des conditions environnementales (exposition aux températures chaudes ou froides, au vent).

Les facteurs aggravants de la couperose sont multiples et varient avec chaque individu. Il est donc essentiel avant de commencer un soin de savoir identifier avec précision ces facteurs.

alcool-9440801

La consommation d’alcool conduit à la dilatation des vaisseaux sanguins situés sous la peau, ce qui augmente l’afflux de sang en surface et provoque un réchauffement superficiel de la peau. Il est donc très recommandé de limiter la consommation d’alccol, en particilier celle du vin et de la bière.

stress-5163875

La composante émotionnelle (anxiété, stress…) peut se révéler particulièrement importante. Le caractère émotionnelle de ce facteur rend son contrôle souvent délicat. Un traitement en profondeur visant à apprendre à gérer ou à accepter ses émotions peut apporter un réel mieux. (⇒ Le Retentissement Psychologique de la rosacée)

  • Les Températures Extrêmes: froides et chaudes

L’exposition de la peau à des températures chaudes conduit également à la dilatation des vaisseaux sanguins. Le mode de transfert de la chaleur n’étant pas par radiation UV, les écrans solaires ne constituent pas une barrière efficace contre ce facteur. La solution consiste alors à favoriser la thermorégulation de l’épiderme à travers son refroidissement. Ce refroidissement peut se faire par une vaporisation d’eau sur la surface de la peau, par une hydratation régulière, voire même en laissant fondre un glaçon dans la bouche. En ce qui concerne les températures froides, l’utilisation d’une écharpe, de préférence en coton, couvrant le nez et les pommettes constitue la meilleur des protections. Il est également possible de limiter les effets du climat par l’utilisation de crèmes à base de silicone. Ces crèmes barrières isolent et protégent la peau du froid.

Couperose du Visage: Les Facteurs à éviter (2/2)

Soigner la Couperose

La couperose est une maladie dite évolutive. Cette évolution constitue une caractéristique essentielle de cette pathologie et se traduit traditionnellement par 4 phases qui se distinguent notamment par leur symptômes: rougeurs transitoires puis permanentes, acné…. Pour soigner la couperose avc efficacité, il est important de la prendre en charge dès les premiers symptomes

  • Phase 1: Visage rouge – Flush

    Le premier stade de la rosacée se présente sous la forme de bouffées de chaleur, souvent appelées flush, c’est-à-dire de rougeurs transitoires accompagnées d’une sensation soudaine de chaleur. Ces rougeurs se localisent au niveau des pommettes, du nez, du menton, du front et du cou. Plusieurs facteurs peuvent déclencher ces flushes (consommation de certains aliments, le stress, le soleil, les variations de températures…). Il est important de remarquer que toute les personnes sujettes à des rougissements ne sont pas nécessairement atteintes par la rosacée. Un flush se distingue d’un simple rougissement par sa durée et par son mode d’apparition: un flush dure généralement plusieurs minutes alors qu’un simple rougissement disparaît de façon quasi immédiate.

  • Phase 2: Rougeurs Persistantes – Couperose & Erythrose

    Lors de la seconde phase, la rougeur s’installe de façon permanente donnant l’impression d’un coup de soleil. Par ailleurs, la sollicitation régulière des vaisseaux conduit à réduire leur élasticité entraînant alors une congestion sanguine (excees de sang). De petits vaisseaux sanguins de couleur violacée (5mm à 1cm) peuvent alors apparaître à la surface de la peau, les télangiectasies. On parle parfois de couperose du visage: elle peut être plus ou moins inflammatoire et diffuse. La couperose se manifeste donc par un ensemble de vaisseaux sanguins visibles qui forment un réseau de lignes à la surface de la peau.

  • Phase 3: Acné Rosacée – Acné de l’Adulte

    C’est le stade qui définit le mieux la rosacée et où le diagnostic présente le moins de difficulté. Il se caractérise par l’apparition chronique d’éruption cutanée avec des boutons qui ressemblent à ceux de l’acné vulgaire. Ces boutons sont des papulo-pustules, c’est-à-dire des plaques surélevées plus ou moins purulentes sur fond de couperose. On pale alors d’acné de l’adulte ou d’acné rosacée. Les patients se plaignent alors d’avoir la peau très sensible, en particulier vis-à-vis des topiques et des cosmétiques ce qui constitue un handicape pour soigner la couperose.

  • Phase 4: Rosacée Tuméfiée (Rhinophyma)

    C’est la phase la plus tardive. Elle reste cependant assez rare et touche en grande majorité les hommes. Elle se manifeste par un épaississement de la peau, l’apparition de nodules à surface irrégulière et une hypertrophie tisulaire (augmentation du volume de la peau). Le rhinophyma qui est une augmentation diforme du volume du nez en est la manifestation la plus courante, mais l’hypertrophie peut également impliquer le menton, le front, les joues et les oreilles.

Accès au Forum Général

Laser & Rosacée

Les médecins laséristes disposent aujourd’hui d’équipements variés qui permettent le traitement par laser de la rosacée. Le laser KTP, le laser à colorant pulsés et le laser Nd:Yag sont les technologies les plus répandues. Ces lasers sont complémentaires et l’expérience du praticien se révèle donc essentielle pour choisir la technologie adaptée au type de peau et à la nature des lésions à traiter.

» Le laser KTP

C’est le premier laser à avoir été utilisé dans le traitement de la rosacée. Il est basé sur le principe de photo-coagulation et se distingue entre autre par la couleur verte de son faisceau.

Le laser KTP se révèle particulièrement efficace pour les rosacées constituées de petits et moyens vaisseaux. Il reste par contre limité dans le traitement de l’érythrose. La coagulation induite par ce laser entraine une disparition immédiate de la plupart des vaisseaux ciblés. Une à deux séances supplémentaires sont toutefois nécessaires pour obtenir un résultat optimal.

Après les traitements, des rougeurs apparaissent sur la surface de la peau et persistent habituellement entre 1 et 3 jours, suivant la sensibilité du patient. De petites croutes, qui disparaissent généralement en moins d’une semaine, peuvent également se former sur les surfaces traitées.

» Le laser à Colorants Pulsés

Les lasers à colorant pulsés ont été utilisés assez tôt dans le traitement de la rosacée et ont connus plusieurs évolutions techniques qui se traduisent aujourd’hui par trois générations d’équipements. La première génération est basée sur le principe de photo-thermolyse alors que la seconde fonctionne sur le principe de photo-coagulation. Quand à la troisième, elle permet par simple régalage du praticien de pouvoir fonctionner sur l’un deux principes, ce qui la rend particulièrement intéressante.

En mode thermo-coagulation, le laser à colorant pulsé est un traitement qui s’adapte bien à la couperose légère. C’est un traitement relativement doux mais qui nécessite plusieurs séances, 3 ou 4 généralement. Après le traitement, des rougeurs s’installent à la surface de la peau traitée. De 1 à 3 jours peuvent être nécessaires pour qu’elles disparaissent.

Dans certains cas, le mode photo-thermolyse sera préféré. Ce mode permet un traitement très efficace des couperoses plus sévères. C’est un traitement plus agressif puisqu’il entraine l’éclatement des vaisseaux. Il a cependant l’avantage de nécessiter moins de séances : 1 à 2 séances. L’éclatement des vaisseaux induit par l’effet mécanique du laser entraine la création de taches violacées à la surface de la peau, on parle alors de purpura. Une à deux semaines peut être nécessaire pour effacer ces taches ce qui constitue souvent un handicape non négligeable dans la reprise d’activités sociales.

Il n’est pas rare de combiner ces deux modes dans une seule séance. Le mode thermo-coagulation étant alors réservé aux lésions légères et le mode photo-thermolyse aux vaisseaux plus résistants, par exemple ceux situés sur les ailes du nez.

» Le laser Nd:Yag

Le laser Nd:Yag est une technologie plutôt récente dans le traitement de la rosacée. Son principe est basé sur la thermo-coagulation. Il se distingue des autres lasers par une longueur d’onde plus élevée.

A l’heure actuelle, le laser Nd:Yag est essentiellement utilisé pour le traitement des rosacée profondes, c’est-à-dire formées de vaisseaux de diamètres relativement importants et profonds. Du fait de leur couleur bleutée, ces vaisseaux sont particulièrement sensibles au laser Nd:Yag, ce qui en fait la technique de référence pour ce type de lésions. Ce laser offre cependant la possibilité d’être utilisé en mode défocalisé et permet alors de traiter de façon efficace l’érythrose. Cette polyvalence semble appréciée par les dermatologues et pourrait contribuer à la démocratisation de cette technique.

Après le traitement de la rosacée, il persiste des rougeurs pendant quelques jours qui sont propres au traitement par thermo-coagulation. De petites croutes peuvent également apparaitre et tombent d’elles même après 4 ou 5 jours. Plusieurs séances sont nécessaires pour un résultat optimal : de 2 à 4 séances.

Laser & Couperose

Le traitement par laser de la couperose est pratiqué depuis plus d’une vingtaine d’années. Les différentes évolutions techniques qu’il a connues au cours de ces deux décennies permettent aujourd’hui de disposer d’équipements qui apportent un réel plus dans le traitement de la couperose et de l’érythrose.

Plusieurs types de laser permettent de soigner la couperose : le laser KTP, les lasers à colorant pulsés et le laser Nd:Yag. Pour en savoir plus sur ces techniques: ⇒ Les Différents Lasers Vasculaires

Les lasers sont basés sur deux principes : la photo-coagulation ou la photo-thermolyse. Dans les deux cas, la chaleur est transmise au vaisseau par l’intermédiaire d’un faisceau lumineux, le laser. Du fait de la longueur d’onde de ce faisceau, la chaleur émise est essentiellement absorbée par les tissus de couleur rouge, ciblant ainsi les vaisseaux à l’origine de la couperose et de l’érythrose. Il s’agit donc d’une méthode sélective qui a l’avantage de ne pas affecter les tissus sains. On comprend donc aisément l’intérêt de présenter une peau la plus claire possible lors de ce traitement.

Traitement au laser

Pour garantir l’efficacité d’un traitement par laser, une première consultation visant à faire un bilan dermatologique de la couperose à traiter est indispensable. Un examen de la peau du visage doit donc être réalisé pour identifier les lésions à soigner. Dans l’idéal, cette consultation est aussi l’occasion de réaliser un test sur une petite surface du visage afin de d’observer l’efficacité du traitement et d’adapter éventuellement le réglage du laser. Ce test permettra également d’observer la sensibilité de la peau lors de l’examen de l’échantillon la séance suivante. Finalement, cette première consultation peut aboutir à un devis et n’implique donc pas l’obligation de réaliser les soins.

Lors d’une séance de traitement, le dermatologue commence par protéger les yeux du patient, cette protection est indispensable. L’application d’un produit anesthésique peut être envisagée pour limiter la douleur. Cependant elle doit être réservée aux personnes très sensibles car elle limite l’efficacité du laser. Il est par contre très répandu de refroidir la peau du visage au cours du traitement. Ce refroidissement permet de contrôler l’augmentation de la température de la peau lors du passage du laser et permet ainsi de réduire les rougeurs après la séance. La douleur d’un traitement laser doit cependant être relativisée puisque cette méthode se révèle beaucoup moins agressive que l’électrocoagulation.

Deux méthodes de traitements peuvent être pratiquées. La première méthode, adaptée au traitement des télangiectasies, consiste à focaliser le laser sur un point précis à l’aide d’un stylo. Ce stylo permet de parcourir les vaisseaux sanguins de façon à les traiter les uns après les autres. L’autre méthode, plus adaptée au traitement des couperoses légères et de l’érythrose, consiste à émettre la lumière de façon plus diffuse à l’aide d’un scanner. Dans ce cas, le praticien procède à un balayage de la zone à soigner. La durée d’une séance peut variée de 15 à 30 minutes suivant la méthode utilisée et la nature des lésions de la rosacée. A la fin du traitement, une crème dermatologique anti-rougeur et cicatrisante est appliquée. Une sensation de chaleur est habituellement ressentie qui peut être calmée par l’application de compresses froides et une crème hydratante.

Quelque soit le laser utilisé, plusieurs séances sont habituellement nécessaires afin d’obtenir un résultat optimal. Le nombre de séances est très dépendant de la nature des lésions à traiter, de leur localisation mais aussi du réglage du laser. Une érythrose se révèle généralement plus délicate à traiter qu’une couperose. Par ailleurs, les vaisseaux situés sur certaines zones du visage, en particulier le nez peuvent nécessiter des séances supplémentaires. Enfin, le traitement laser n’est pas définitif et des séances d’entretien seront nécessaires dans la très grande majorité des cas, tout les 6 mois à 2 ans en moyennes.

Effets secondaires du laser vasculaire

Outre les rougeurs, œdèmes et purpura qui sont des conséquences normales du traitement, les lasers peuvent comporter certains risques dont il est important d’avoir conscience. Ces risques peuvent être des brûlures, une dépigmentation, une hyperpigmentation, des cicatrices. Ces risques restent cependant mineurs, en particulier si toutes les recommandations sont suivies. Comme pour tout traitement physique de la couperose, il est conseillé d’entreprendre ce traitement en autonome ou en hiver.

Tarif

Les séances coûtent habituellement entre 80 et 150 €. Dans la grande majorité des cas, le traitement de la couperose par laser nécessitent de 2 à 4 séances. Pour éviter toute mauvaise surprise, l’établissement d’un devis lors de la première rencontre avec le médecin lasériste est très conseillé.